Etude réalisée par POLLEN Conseil 

Foyers et Services pour les Jeunes Travailleurs

Enquête sur les métiers et les besoins en formation

2009

La réalisation de l’enquête a pour objectif de permettre le diagnostic sur les métiers et les besoins en formation dans la branche des foyers et services pour les jeunes travailleurs (FSJT). Il s’agit d’une enquête par questionnaire auprès de 105 FSJT répondants.

Nous présentons ici une synthèse de l'étude disponible auprès de l'observatoire de la branche.

1. Les caractéristiques générales des FSJT

Les FSJT sont situés pour une légère majorité dans les zones rurales ou en petite agglomération (52%). Les autres se trouvent dans des grandes ou moyennes agglomérations.

Les FSJT sont majoritairement composés d’un seul site (61%).

Le cœur de cible du public accueilli par les FJST est constitué par les jeunes de 18 à 25 ans.

Le nombre moyen de lits à disposition est de 151. Il faut noter la tendance actuelle à la saturation des capacités d’accueil des FSJT.

L’ancrage historique dans l’éducation populaire fait que le FONJEP (Fonds de coopération de la Jeunesse et l’Education Populaire) reste actuellement l’aide publique la plus couramment perçue par les FSJT. Sa part sera cependant amenée à baisser au bénéfice d’autres aides provenant notamment des collectivités locales ou de nouvelles activités des FSJT.

Il faut souligner que les aléas de l’obtention, du maintien, du développement et de la reconduite des subventions et des aides ont une très forte incidence sur la pérennité des emplois en FSJT.

2. Les activités proposées par les JFST et leurs évolutions pressenties

Les deux activités historiquement principales des FSJT sont l’animation en collectif et l’hébergement collectif. Parmi les activités traditionnelles des FSJT, celle de restauration est amenée à être réduite et plus souvent externalisée. A l’inverse, d’autres activités émergent ou se développent conformément aux attentes nouvelles des résidents. C’est le cas notamment de l’accompagnement social individuel et des hébergements davantage individualisés, ou encore de services liés à des missions « sociales ». Ces évolutions dénotent une précarisation accrue des jeunes et ont des incidences sur les besoins en formation constatés.

3. L’emploi dans les FSJT

Parmi les 105 FSJT répondants, l’effectif varie de 1 à 220 personnes employées. L’effectif moyen est de 19 personnes et le pôle le plus important est constitué des FSJT comptant 11 à 15 employé-e-s (30,8% des FSJT).

La tendance est à l’augmentation de l’effectif global des FSJT.

Le premier pôle d’emploi est constitué par les animateurs socio-éducatifs (18,4% de l’effectif global). Viennent ensuite les agents de service (14,4%), les agents d’accueil et de sécurité (10,5%) et ceux de restauration (7%). Le métier d’animateur socio-éducatif est promis à augmenter dans les années à venir pour 15,5% des répondants.

Les métiers de directeur d’association ou d’organisme et d’animateurs socio-éducatif sont ceux qui sont le plus amenés à évoluer en raison de plusieurs facteurs : l’évolution du public accueilli, l’évolution de l’organisation de l’activité (renouvellement des départs, difficultés de recrutement), l’évolution de l’habitat et l’évolution du besoin de personnel.

4. La formation en FSJT

Parmi les dispositifs de formation suivis, le plan-formation est celui qui a été le plus suivi durant l’année 2008. La catégorie autre arrive en deuxième position, suivie par le DIF et enfin le CIF.

Les métiers les plus concernés par les formations effectuées en 2008 et également par ceux à venir en 2009-2010, sont les animateurs, l’encadrement et les agents de sécurité. Cela s’explique en partie par l’augmentation observée des situations conflictuelle.

L’exigence accrue en matière de qualification des personnels stipulée dans la circulaire CNAF explique par ailleurs le besoin de formation du personnel socio-explicatif.

Les besoins de formation par rapport au projet associatif et administratif concernent le personnel socio-éducatif, la formation-action en interne et l’encadrement.

La première difficulté pour la réalisation de formation est la disponibilité du personnel et son difficile remplacement. Ces difficultés sont particulièrement prégnantes pour les petites structures.