Contribution de POLLEN Conseil
au Programme d'étude "Gestion des Ressources Humaines Demain"

  bouton4.gif (979 octets) Retour à la liste des fiches      bouton4.gif (979 octets) Sommaire des résultats         bouton4.gif (979 octets) Donner votre contribution

LA POLYVALENCE
SPÉCIAL dirigeant PME-PMI

La polyvalence des ouvriersOptimiser l’organisation du travail 
Polyvalence et acquisition de compétence

 Polyvalence et rémunération - Polyvalence et évolution de carrière

Définition : aptitude d’un salarié à occuper plusieurs postes de niveaux comparables.

La polyvalence est naturelle dans les petites entreprises, notamment pour l’encadrement qui doit assurer simultanément plusieurs fonctions de management. Il en est souvent de même pour les secrétaires, assistantes de direction qui assurent souvent seules la globalité de la fonction administrative.

La polyvalence des ouvriers

Nous prenons ci-dessous l’exemple de la polyvalence des ouvriers. Le même raisonnement est valable pour l’employé administratif ou le cadre qui assure plusieurs fonctions de l’entreprise.

Pour les ouvriers, la polyvalence se développe dans les ateliers qui sont organisés à l’antipode du " taylorisme " ou du travail à la chaîne. Les ouvriers ne sont pas alors spécialisés mais au contraire (très) qualifiés et peuvent alternativement utiliser plusieurs machines, travailler sur plusieurs postes.

La polyvalence la plus complète se trouve dans les productions d’objet à l’unité ou en très petite série pour lesquelles les ouvriers travaillent en petites équipes (qui peuvent même s’appeler " équipe projet " dans l’industrie technologique de pointe). Il s’agit alors d’avoir des ouvriers qui peuvent mener toutes les opérations : au sein de l’équipe, une répartition des tâches est possible avec une certaine spécialisation des uns et des autres. L’exemple le plus connu est l’organisation mise en œuvre dans une usine Volvo en Suède où les équipes montaient chacune entièrement une automobile ; ce système qui a fonctionné pour le montage de voiture de luxe n’a pas tenu le choc face à la robotisation des chaînes de montage.

Optimiser l’organisation du travail

Pour optimiser l’organisation du temps de travail, du personnel comme des machines, la polyvalence est évidemment une solution idéale, puisque l’on peut alors constituer des équipes ad hoc au gré des commandes.

Une des réponses à la réduction du temps de travail est le développement de la polyvalence. Plusieurs personnes peuvent occuper différents postes, les équipes sont à géométrie variable, selon les fluctuations des commandes comme des congés et absences du personnel.

Avoir une équipe de polyvalents (souvent "équipe volante") pour faire du remplacement ? valable pour les postes qui sont relativement peu stratégiques et peu qualifiés.

Polyvalence et acquisition de compétence

La polyvalence est-elle une " poly-compétence " ? plus les postes nécessitent des qualifications particulières et élevées, plus l’opérateur polyvalent devra évidemment acquérir plusieurs compétences assez distinctes, développer ce que l’on peut appeler un " portefeuille de compétences " et ainsi être " poly-compétent ".

La polyvalence peut être considérée comme une compétence basique pour tout ouvrier qualifié. Plus la polyvalence au sein de l’atelier nécessite des compétences multiples (savoir utiliser plusieurs types de machines-outils, travailler sur plusieurs types de matériaux par exemple), plus l’ouvrier est qualifié et plus sa rémunération doit en tenir compte.

L’ouvrier polyvalent peut également être mobilisé dans la formation interne par démultiplication ou encore dans le tutorat des apprentis ou des nouveaux salariés.

La polyvalence doit être anticipée, elle se développe sur la durée. Elle ne peut concerner tous les ouvriers ou employés, mais souvent les plus expérimentés. Elle nécessite un investissement en formation loin d’être négligeable, que celle-ci soit réalisée en intra ou à l’extérieur.

Polyvalence et rémunération

Le développement de la polyvalence signifie donc un effort à long terme pour l’entreprise comme pour le salarié d’où l’importance de valoriser la polyvalence ne serait-ce que pour garder ce personnel au sein de l’entreprise.

En règle générale, la polyvalence est un plus pour la performance de l’entreprise puisqu’elle permet une meilleure organisation du travail ; elle doit donc être valorisée au niveau de la rémunération (qualification supérieur, poly-compétences, mobilité parfois même géographique…).

Polyvalence et évolution de carrière

L’ouvrier qualifié peut ainsi faire évoluer son emploi dans trois directions :

  • l’expertise qui correspond en fait à une certaine spécialisation et peut constituer un " cul de sac ",

  • l’encadrement intermédiaire qui dans les petites entreprises est limité ; néanmoins des prises de responsabilité (hygiène-sécurité, qualité, maintenance, tutorat…) peuvent constituer une version moderne de l’encadrement intermédiaire traditionnel,

  • la polyvalence qui correspond à une maîtrise plus ouverte, plus qualifiée de son métier ; l’employabilité de l’ouvrier en est accrue (attention au débauchage) ; cela peut être un passage obligé avant de prendre des responsabilités d'encadrement.

REDACTEUR : POLLEN Conseil - 01 53 36 10 06 - mailto:pollenconseil@interef.com

dernière mise à jour : janvier 2002 - attention : les informations ci-dessous pour scrupuleusement vérifiées qu’elles soient, sont communiquées à titre indicatif et ne peuvent en aucun cas fonder la responsabilité juridique de leur auteur